hymne-gallois


Hen Wlad Fy Nhadau

Mae hen wlad fy nhadau yn annwyl i mi,

Gwlad beirdd a chantorion, enwogion o fri;

Ei gwrol ryfelwyr, gwladgarwyr tra mâd,

Tros ryddid gollasant eu gwaed.

Gwlad, Gwlad, pleidiol wyf i’m gwlad,

Tra môr yn fur i’r bur hoff bau,

O bydded i’r hen iaith barhau.

Hen Gymru fynyddig, paradwys y bardd,

Pob dyffryn, pob clogwyn, i’m golwg sydd hardd;

Trwy deimlad gwladgarol, mor swynol yw si

Ei nentydd, afonydd, i mi.

Os treisiodd y gelyn fy ngwlad dan ei droed,

Mae hen iaith y Cymry mor fyw ag erioed,

Ni luddiwyd yr awen gan erchyll law brad,

Na thelyn berseiniol fy ngwlad.

traduction française de l’hymne gallois

Pays de mes Pères

La terre de mes ancêtres m’est chère ;

Pays ancien où les trouvères sont honorés et libres

Les guerriers si nobles et sa vaillants

Donnent leur sang et leur vie pour la Liberté.

O mon foyer, je te suis fidèle,

Alors que les mers protègent la pureté de mon pays,

puisse être éternelle, ma langue ancienne.

Vieux pays de montagnes, l’Eden des bardes,

chaque gorge, chaque vallée conserve son charme;

Pour l’amour de mon pays, des voix clameront avec enchantement

Pour moi, ses torrents, ses rivières.

Bien que les ennemis aient foulé au pied ma patrie,

La langue de Cambrie ne connaît maintenant aucun repli;

La Muse n’est pas vaincue par la main cruelle des traitres,

Ni réduite au silence, la harpe de mon pays.